Les origines du nom « Kinderlaterne »

Les sites bilingues d’Alsace honorent traditionnellement le 10 novembre la fête de St Martin à l’occasion de laquelle les enfants se promènent avec des lampions (« Laterne » en allemand), organisent des spectacles en français et en allemand, et partagent leurs goûters.

La légende veut en effet qu’un soir d’hiver alors qu’il voyageait à cheval sous une tempête de neige, St Martin, jeune officier romain en poste à Amiens, rencontra un mendiant aux habits déchirés. Celui-ci lui demanda l’aumône, mais Martin n’avait pas d’argent sur lui car il avait déjà distribué toute sa solde à des paysans sans le sou afin qu’ils puissent payer leurs impôts. Alors il défit son manteau et le coupa en deux d’un coup d’épée, puis en jeta une moitié sur les épaules du mendiant.

Une autre légende rapporte que Saint Martin portant la bonne parole sur les côtes flamandes, aurait perdu son âne parti brouter ailleurs, alors qu’il tentait d’évangéliser les pêcheurs d’un petit village, futur Dunkerque. A la nuit tombée, les enfants du pays s’étant mis à la recherche de l’âne à la lumière de lanternes, l’aurait retrouvé dans les dunes. Pour les remercier, Saint Martin aurait transformé toutes les petites crottes de l’âne en brioches.

« Kinderlaterne » évoque donc cette belle tradition allemande de partage et d’échange.

 

St Martin